Vidéoprotection du Parc International de Chesnes : un an déjà !

Projet porté par la CAPI dans le cadre de ses engagements du plan de mandat 2015-2020, la vidéoprotection du Parc International de Chesnes est une réalité pour les entreprises et les forces de l’ordre depuis un an. L’occasion de dresser un premier bilan. 

Avec plus de 4 milliards de chiffre d’affaires annuel réalisé sur le Parc International de Chesnes, la sécurité des marchandises et activités sur le parc constitue donc un enjeu économique majeur pour le territoire.

Pour avancer collectivement sur ces problématiques, un groupe de travail « Sûreté des plateformes », auquel sont associés la gendarmerie nationale et la CAPI, a été créé par les entreprises réunies au sein du Pôle d’Intelligence Logistique. C’est dans ce groupe de travail qu’est né Pil’Secure. C’est également dans le groupe de travail sûreté que les besoins exprimés par les professionnels ont pu aboutir à la mise en œuvre de projets portés par la CAPI, comme celui du dispositif de vidéoprotection.

Le dispositif de vidéoprotection : une collaboration des acteurs de la sécurité

Les caméras doivent capter les images des principaux axes routiers et ainsi :

  • Favoriser la sécurisation des biens sur ce parc d’activités économiques
  • Améliorer le cadre de travail des salariés du Parc International de Chesnes
  • Renforcer l’attractivité économique du territoire
  • Répondre aux besoins exprimés par les industriels et les logisticiens.

Cette opération fait l’objet d’une coordination globale des acteurs de la sécurité. En effet, la Gendarmerie Nationale a apporté son appui à la réalisation d’un diagnostic sécurité du parc d’activités. L’Etat a également soutenu financièrement le projet dans le cadre du fond de soutien à l’investissement public local. La visualisation des images est réalisée par la police municipale de Saint-Quentin-Fallavier dans le cadre d’une mutualisation avec la commune de Satolas-et-Bonce. Cette collaboration entre les acteurs publics et les entreprises pour la sécurisation du parc s’est matérialisée par la signature d’une convention locale de coopération de sûreté le 6 janvier 2017.

Une réponse opérationnelle et efficace

Le fonctionnement opérationnel de ce système est salué d’ores et déjà par les entreprises et les forces de l’ordre. La Gendarmerie Nationale indique ainsi que la mise en place de la vidéoprotection est une réussite, avec une diminution globale de la délinquance (les chiffres sont extraits des comparaisons entre la période du 1/1/2017 au 31/8/2017 et celle du 1/1/18 au 31/8/2018) :

  • Atteintes aux biens en baisse de 17 % sur la commune de Saint-Quentin-Fallavier , soit – 29 faits,
  • Taux d’élucidation, qui était déjà plutôt satisfaisant en 2017 (14%) est en hausse avec plus de 30 % sur 2018 sur la commune de Satolas-et-Bonce,
  • Vol avec violence : – 66 %  sur la commune de Satolas-et-Bonce,
  • Cambriolage de société : – 56 % sur la commune de Satolas-et-Bonce,
  • Vol lié aux VL : – 85 % (de 13 à 2) sur la commune de Satolas-et-Bonce.

Ces bons résultats ont été présentés à l’occasion de la présentation du fonctionnement du dispositif de vidéoprotection sur le Parc International de Chesnes, le mardi 27 novembre 2018, à l’entreprise XPO Logistics à Satolas-et-Bonce en présence de Thomas Michaud, sous-préfet de la Tour du Pin, Jean Papadopulo, président de la CAPI, Raymond Feyssaguet, vice-président délégué au Développement économique de la CAPI, Thomas Daudré Vignier, président du Pôle d’Intelligence Logistique et des représentants des forces de l’ordre, des entreprises et des communes de Saint-Quentin-Fallavier et Satolas-et-Bonce.

Découvrez le projet en images !

 

puce événements à venir