Retour sur le webinaire CAPI Béton de chanvre projeté

Vous étiez plus de 60 inscrits au webinaire “Béton de chanvre projeté : un isolant innovant et porteur d’affaires” organisé le 1er juillet 2021 par la CAPI dans le cadre de sa mission d’animation de la filière Bâtiment et nous vous en remercions !

Voici de quoi vous rattraper si vous avez manqué ce rendez-vous :

Et les échanges ont permis d’apporter des réponses aux questions posées :

  • Le béton de chanvre se positionne très bien dans le cadre de la RE 2020 puisqu’une maison de 120 m² stocke durablement 20 tonnes de carbone.
  • Il peut être utilisé en isolation thermique par l’extérieur : pour 30 cm, il apporte une résistance thermique de 4 m².K/W . Mais il est recommandé d’éviter d’aller au-delà de 15 cm sur du bâti ancien pour éviter le risque de saturation du support.
  • En isolation thermique par l’intérieur, il est possible d’aller jusqu’à 11 cm sans ossature secondaire. Les préconisations constatées vont rarement au-delà de 15 cm car cela réduit l’inertie du mur qui est intéressante pour le confort d’été.
  • Il n’est pas nécessaire d’utiliser des membranes frein-vapeur car la technique de projection assure continuité de l’étanchéité à l’air et de la perspirance du mur.
  • Cette technique ne soulève pas de problème de point de rosée a priori, mais on peut faire une simulation hygrothermique pour s’en assurer et elle nécessite que les murs soient entièrement débarrassés des autres types d’enduits (plâtre ou ciment).
  • Cette technique apport un déphasage d’environ 10h pour 40 cm d’épaisseur en toiture.
  • Des essais de combinaisons terre-chanvre qui ont été faits mais ne sont pas encore très concluants car cela nécessite beaucoup de préparation et présente quelques faiblesses. Par contre, en bâti ancien, un enduit terre appliqué en finition sur un revêtement chaux-chanvre est idéal pour apporter de l’inertie intérieure pour le confort d’été.
  • Concernant l’estimation de la durée de mise en œuvre, une machine projette 4 m3/h donc il faut compter environ 3 jours pour une maison de 120 m².

Enfin, nous retiendrons la conclusion de Marie Zawistowski, enseignante à l’ENSAG :

1 000 artisans formés au matériau chanvre, ce n’est rien, comparé au nombre d’apprentis formés en maçonnerie dite “traditionnelle”… Les filières de la construction durable sont des métiers d’avenir, il faut les valoriser et les constituer : les écoles existantes ou à créer doivent être au cœur de cet effort.

Pour plus de précisions sur les actions menées par la CAPI, vous pouvez contacter :